Accéder au site du Passant Ordinaire Notre Monde le dvd
le Passant Ordinaire
FrançaisEnglishItalianoAmerican
  Go !   

Sortie du DVD de Notre Monde

Notre Monde Notre Monde (2013, 119') un film de Thomas Lacoste
Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean–Luc Nancy à « une pensée commune ». Plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde s’appuie sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes pour agir comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement.
Ves Rencontres Internationales de l’Ordinaire
Cinémas Littératures Sciences humaines
Identités ?
[Sexe, Genres, Territoires]
Bordeaux
Du jeudi 25 au dimanche 28 novembre 2004
Avec le concours du Centre National du Livre, du ministère de la Culture et de la Communication et du Festival Novart

R.IO. 2004

Jeudi 25 novembre

Retrouvez sous le chapiteau du festival - Place Camille Jullian - la librairie Mollat et l'ensemble des auteurs invités

15h : Rétrospective Rainer Werner Fassbinder 01 *
Les Larmes amères de Petra von Kant (Die Bitteren Tränen der Petra Von Kant)
RFA, 1972, 2h04, VOSTF - avec Margit Carstensen, Hanna Schygulla, Irm Hermann, Eva Mattes, Katrin Schaake, Gisela Fackeldey. Styliste de mode très réputée, Petra von Kant vit une vie de femme libre et indépendante, assistée de Marlene, qui est à la fois sa secrétaire, sa dessinatrice, et sa bonne à tout faire. Petra tombe folle amoureuse de Karine, une jeune prolétaire dont elle décide de faire son mannequin vedette. La passion se transforme en jalousie maladive. Marlene observe sa patronne révéler sa fragilité, puis devenir esclave à son tour lorsque Karine s'en va rejoindre son mari…
" Deux femmes s'aiment. L'une riche et célèbre, l'autre pauvre et arriviste. Laquelle a le plus besoin de l'autre, laquelle est la plus manipulatrice ?
Fassbinder filme l'inévitable débâcle de la relation amoureuse, la nocivité des mères ou le masochisme des subalternes. Le spectateur éprouve la jouissance d'accéder à la conscience de l'infinie ambiguïté humaine. Dans ce huis-clos, l'enfer c'est soi-même, pas les autres. Brillant et douloureux, le film torture avec la précision d'un scalpel. " (Guide Télérama)
- Cinéma Utopia

* Entrée spéciale 3€.

17h30 : Masculin/féminin 01
Wild Side (2004) de Sébastien Lifshitz
Scénario de Stéphane Bouquet et Sebastien Lifschitz.
Belgique/France, 2004, 1h35 - avec Stéphanie Michelini, Yasmine Belmadi, Edouard Nikitine, Josiane Stoleru…
Un trio d'amour improbable et pourtant extraordinairement évident : Stéphanie, transsexuelle qui se prostitue à Paris ; Djamel, jeune beur des cités qui vend aussi son corps ; et Mikhail, clandestin Russe qui fait la plonge dans un restaurant. La maladie de sa mère fait ressurgir le passé de Stéphanie, qui s'appelait alors Pierre, et modifie l'équilibre fragile du trio.
Wild Side suggère, laisse deviner, bouleverse sans jamais s'appesantir, et fait preuve d'une élégance morale et formelle qui impressionne. Un grand film, trop négligé à sa sortie au printemps dernier.
- Cinéma Utopia

17h30 : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

18h00 : Ouverture du Festival
Présentation des Ves Rencontres Internationales de l'Ordinaire (Rio) et du numéro spécial Couple-s du Passant Ordinaire, à l'occasion du dixième anniversaire de la revue, en présence de Thomas Lacoste (éditeur, directeur et fondateur de la revue le Passant Ordinaire et du festival des Rio) et pour les sciences humaines, de la philosophe Fabienne Brugère (professeure, Université Bordeaux III) et du sociologue Patrick Baudry (professeur et président du Passant Ordinaire, Université Bordeaux III) ; pour la littérature de l'écrivain et philosophe Guillaume le Blanc (maître de conférences, Université Bordeaux III et président de la Société de philosophie) ; pour le cinéma de l'écrivaine italienne et journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International) et Stéphanie Ravez (maître de conférences, Université Bordeaux III).
- Chapiteau

18h30 : Conférence d'ouverture 01
Afrique : vers une reterritorialisation des identités ou comment sortir des dépendances - avec la présence exceptionnelle de l'ex-ministre de la Culture du Mali, économiste, sociologue et écrivaine Aminata Dramane Traoré. Cette rencontre sera animée par le romancier et philosophe Guillaume le Blanc (maître de conférences, Université Bordeaux III et président de la Société de philosophie) et Thomas Lacoste (éditeur, directeur et fondateur de la revue le Passant Ordinaire et du festival des Rio).
- Chapiteau

19h45 : Apéritif inaugural
- Chapiteau

20h00 : Avant-première 01 Mon Trésor (Or) de Keren Yedaya
Israël, 2004, 1h40, VOSTF - avec Ronit Elkabetz, Dana Ivgy, Meshar Cohen, Katia Zimbris, Shmuel Edelman…
Mon trésor (Grand Prix de la Semaine de la Critique et surtout la Caméra d'Or, qui récompense le meilleur premier film, toutes sections confondues) est présenté en avant-première dans le cadre des R.I.O, avant sa sortie le 1er décembre.
Ruthie et Or, une mère et sa fille de 17 ans, vivent dans un petit appartement à Tel-Aviv. Ruthie se prostitue depuis une vingtaine d'années. Or a déjà essayé plusieurs fois et sans succès de lui faire quitter la rue. Le quotidien de Or est une succession sans fin de petits boulots : faire la plonge dans un restaurant, laver des cages d'escaliers, récupérer des bouteilles consignées, tout en allant au lycée quand elle le peut. L'état de santé de Ruthie devient critique. Alors que sa mère sort d'un énième séjour à l'hôpital, Or décide que les choses doivent changer.
La réalisatrice Keren Yedaya porte un regard sans complaisance sur la réalité quotidienne de ses personnages, sur la prostitution, sur la société israélienne. Sans exhibitionnisme ni misérabilisme mais avec une sensibilité à fleur de peau, elle filme deux femmes en survie permanente, retardant, le plus longtemps possible, le moment de la chute finale.
- Cinéma Utopia

22h : Deux hommes dans le désert
Gerry de Gus Van Sant
USA, 2002, 1h43, VOSTF - avec Matt Damon, Casey Affleck (également co-scénaristes du film)…
Deux jeunes hommes, nommés tous deux Gerry, traversent le désert californien, vers une destination qui n'est connue que d'eux seuls. Convaincus d'être près du but, ils décident de poursuivre leur expédition à pied en s'engageant sur un sentier balisé. Au bout d'un moment, ils s'aperçoivent qu'ils sont complètement perdus…Sans eau et sans nourriture, les deux amis s'enfoncent dans la brûlante vallée de la Mort…
Réalisé un an avant Elephant et déjà sidérant… Une rupture radicale avec le cinéma hollywoodien, une échappée belle vers un cinéma libre de toutes contraintes de production, de narration, de box-office.
Deux personnages et le désert, le ciel, la lumière, l'air… Van Sant tient haut la main le pari d'un cinéma purement sensoriel et poétique, qui explore les infinis possibles de l'espace et de la durée.
- Cinéma Utopia

Tous les films des Rio seront présentés par l'écrivaine italienne, journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International)

Vendredi 26 novembre

Retrouvez sous le chapiteau du festival - Place Camille Jullian - la librairie Mollat et l'ensemble des auteurs invités

11h30 : Une femme américaine*
Wanda de Barbara Loden
USA, 1970, 1h50, VOSTF - avec Barbara Loden, Michaël Higgins…
Mariée à un mineur et mère de deux enfants, Wanda vit coincée entre la grisaille de sa vie familiale et la tristesse des terrils pennsylvaniens. Tournant une page de sa vie, elle décide de partir et se lie à un petit gangster, Mr Dennis…
Barbara Loden était actrice, notamment dans les films de son mari Elia Kazan. Œuvre phare du cinéma américain indépendant, Wanda est le seul film qu'elle a écrit et réalisé: portrait de femme d'une liberté et d'une audace incroyables, tableau sans fard d'une société terne et blafarde, totalement indifférente aux déclassés qu'elle crée et qu'elle lamine…
Wanda, figure inoubliable d'une tragédie dérisoire, d'une épopée lamentable, Wanda et son silence assourdissant…
- Cinéma Utopia

* Entrée spéciale 3€.

11h30 : Conférence
Amphi B400 Université Michel de Montaigne Bordeaux III, Pessac
Autour de l'oeuvre de la romancière anglaise Patricia Duncker ­ en présence de l¹auteure, cette rencontre sera animée par Nathalie Jaëck (maître de conférences, Université Bordeaux III).

12h00 : Réception en l¹honneur de Mme Aminata Dramane Traoré, écrivaine, ancienne ministre de la Culture du Mali, par le député maire Noël Mamère
dans les salons de la ville de Bègles

14h10 : Rétrospective Rainer Werner Fassbinder 02
Tous les autres s'appellent Ali (Angst essen Seele auf)
RFA, 1973, 1h33, VOSTF - avec Brigitte Mira, El Hedi Ben Salem, Barbara Valentin, Irm Hermann, R.W. Fassbinder…
Dans un café fréquenté par des travailleurs immigrés, Emmi, veuve d'une soixantaine d'années, femme de ménage de son état, fait la connaissance d'Ali, un Marocain beaucoup plus jeune qu'elle. Ali s'installe chez elle dès le lendemain, puis ils se marient.
Les enfants d'Emmi, ses voisins, ses collègues de travail, tous sont scandalisés par cette union. Le couple est mis à l'écart, mais va vite se révéler indispensable à la communauté…
" Fassbinder décide d'offrir les rôles principaux d'un mélodrame classique, remake avoué de Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk, à deux personnages qui sont généralement, au mieux repoussés dans les marges, au pire carrément exclus du cinéma. Lui les intègre à une fiction qui, terrible préjugé, ne semblait a priori pas pour eux… Et, au bout du compte, Fassbinder réussit l'essentiel : rendre l'invraisemblable évident. " (Libération, 11/4/1977)
- Cinéma Utopia

17h30 : Masculin/féminin 02
Tiresia de Bertrand Bonello
D'après une histoire de Luca Fazzi
France, 2003, 1h55 - avec Laurent Lucas, Clara Choveaux, Thiago Telès, Célia Catalifo, Lou Castel…
L'histoire de Tirésias, femme et homme à la fois, nous vient tout droit de la mythologie grecque. Dur d'être beau, d'être aimé des Dieux et de se retrouver au centre de leurs querelles…
Dans le film de Bertrand Bonello, Tiresia devient un transsexuel brésilien qui tapine du côté du bois de Boulogne. D'une beauté incontestable autant qu'étrange, il vit clandestinement dans la périphérie parisienne. Un esthète taciturne, au regard un peu fou, l'accoste comme pour une passe, l'enlève puis le séquestre dans la cave de son pavillon de banlieue. Privé de ses hormones quotidiennes, Tiresia va se transformer peu à peu, sous les yeux de son chaste kidnappeur enamouré…
Tiresia est le film de l'ambiguité même : à la fois mystique et athée, sensuel et glacé, sombre et lumineux, cérébral et lyrique, évoluant entre désir et impuissance… Une fable assez fascinante sur l'altérité sexuelle, magnifiquement interprétée.
- Cinéma Utopia

18h : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

18h30 : Conférence/Débat 02
Autour de l'œuvre de Rainer Werner Fassbinder dans le cadre de la rétrospective que le festival lui consacre cette année - avec l'écrivaine italienne et journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International), Stéphanie Ravez (maître de conférences, Université Bordeaux III) et le juriste et spécialiste de cinéma Xavier Daverat (maître de conférences, Université Bordeaux IV).
- Chapiteau

20h : Soirée spéciale Kill Bill volume 1 et 2 *
Achetez vos places, pour l'intégrale uniquement, tarif unique 6 €, à l'avance, à partir du lundi 15 novembre)

Discussion et présentation de cette soirée avec l'écrivaine et critique cinématographique Paola Balzarro (Rai-International) et la philosophe italienne Federica Giardini (Université Roma Tre) vice-présidente du Passant Ordinaire, animatrice des revues DWF (donnawomanfemme), Sofia, membre du groupe philosophique Diotima et initiatrice du réseau Matri_x.

Kill Bill volume 1 et 2 *
De Quentin Tarentino
USA, 2003, 1h52 + 2h15, VOSTF - avec Uma Thurman, David Carradine, Lucy Liu, Michael Madsen, Darryl Hannah…
Un mariage en plein désert : un commando fait irruption dans la chapelle, massacre les mariés et leurs invités et disparaît, laissant pour morte la Mariée et l'enfant qu'elle porte. Après quatre ans de coma, la Mariée se lance à la poursuite des assassins, membres du gang de Bill au sein duquel elle-même exerça autrefois ses talents de tueuse. Redevenue la redoutable Black Mamba du Détachement International des Vipères Assassines, la Mariée n'a plus qu'une obsession : tuer Bill.
La Mariée de Tarentino est déjà un mythe, dans lequel se retrouvent aussi bien les adolescents fondus de cinéma qui bouge et déménage que les cinéphiles avertis, séduits pas le caractère incandescent de l'héroïne et les implications subversives du récit. Et tout le monde se rejoint sur la virtuosité ludique de Tarentino et le charisme d'Uma Thurman.
Grande soirée en perspective…
- Cinéma Utopia

* Pour ces séances exceptionnelles, achetez et réservez vos places à l'avance, à partir du lundi 15 novembre 2004 - tarif unique pour l'intégrale 6 €. Rens./Rés. : Cinéma Utopia, tél. 05 56 52 00 03.

Tous les films des Rio seront présentés par l'écrivaine italienne, journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International)

Samedi 27 novembre

Retrouvez sous le chapiteau du festival - Place Camille Jullian - la librairie Mollat et l'ensemble des auteurs invités

10h : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

10h : Discussion/projection 01
Danse, territoire et identités, autour du documentaire Ceci n'est pas une danse chorale - avec la psychanalyste Sabine Prokhoris et le danseur et documentariste Simon Hecquet. Ce documentaire vient d'être présenté au Centre Pompidou dans le cadre des Revues parlées.
- Cinéma Utopia

11h30 : Rétrospective Fassbinder 03*
Le droit du plus fort (Faustrecht der Freiheit)
RFA, 1974, 2h03, VOSTF - avec R.W. Fassbinder, Peter Chatel, Karlheinz Böhm, Ulla Jacobsen, Harry Baer…
Ayant gagné au loto, Franz, jeune forain au chômage se laisse manipuler par Eugen, fils de famille fauché, dont il tombe éperdument amoureux. Mais Franz ne peut cacher ses origines prolétariennes dans un monde bourgeois et hypocrite. Bientôt ruiné, il est petit à petit abandonné par ses amis de la veille…
Le Droit du plus fort est un " film de la honte. Non pas la honte de soi quand on a mal agi mais, odieuse, la honte qu'on a de l'autre parce qu'il n'est pas assez cultivé, pas assez beau, pas assez présentable. Ce bouleversant mélo, vilipendé à sa sortie […], en est aujourd'hui un des films cultes, tant il est vrai qu'une œuvre n'a de vraie dimension humaine qu'en heurtant, d'abord, les certitudes et les sensibilités. Cerise sur le gâteau : le regard de Fassbinder réalisateur sur Fassbinder acteur. " (Guide Télérama)
- Cinéma Utopia

* Entrée spéciale 3€.

14h : Rencontre-aller 01
L'Inquiétante étrangeté de l'ordinaire - avec la philosophe Sandra Laugier (professeure, université d'Amiens) et la philosophe Fabienne Brugère (professeure, Université Bordeaux III).
- Chapiteau

14h30 : : Cycle Chantal Akerman 01
Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles de Chantal Akerman
Belgique, 1975, 3h10 - avec Delphine Seyrig, Jan Decorte, Jacques Doniol-Valcroze…
La caméra filme le cadre de vie terne, les gestes quotidiens, mille fois répétés, de Jeanne Dielman, veuve de 45 ans qui vit seule avec son fils et assure leur subsistance en gardant un bébé et en recevant des " clients " l'après-midi.
La rigueur de la caméra, sa ténacité, son refus de s'éloigner de son sujet, et dans le même temps la générosité voire même la tendresse du regard de Chantal Akerman font de ce film une expérience incomparable. Delphine Seyrig y est inoubliable.
Sans vouloir en rajouter, c'est un événement : Jeanne Dielman… est non seulement un film extraordinaire, une date dans l'histoire du cinéma qui cherche de nouvelles formes, un repère aussi pour l'histoire du féminisme, mais c'est en outre un film qu'on ne voit quasiment jamais… Ça ne se rate pas, d'autant que Chantal Akerman sera présente ce samedi soir avec un de ses films plus récents : La Captive…
- Cinéma Utopia

15h : Rencontre 01
Les Territoires de l'intime - avec la psychanalyste Sabine Prokhoris et le romancier et philosophe Guillaume le Blanc (maître de conférences, Université Bordeaux III et président de la Société de philosophie).
- Chapiteau

16h : Rencontre 02
Mythe de l'individu et pari amoureux - avec le psychanalyste et philosophe argentin Miguel Benasayag et Thomas Lacoste (éditeur, directeur et fondateur de la revue le Passant Ordinaire et du festival des Rio).
- Chapiteau

17h : Rencontre exceptionnelle 03
Autour de l'œuvre de la romancière anglaise Patricia Duncker (Université d'East Anglia), en présence de l'auteure et de Nathalie Jaëck (maître de conférences, Université Bordeaux III).
- Chapiteau

18h : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

18h10 : Femmes d'Algérie
Viva Laldjérie de Nadir Moknèche
France/Algérie, 2004, 1h53, en français - avec Lubna Azabal, Biyouna, Nadia Kaci, Jalil Naciri…
Sous la pression terroriste, deux femmes se réfugient dans un hôtel situé au centre d'Alger. Goucem, la fille âgée de 27 ans, s'est fabriqué une apparence de vie " normale " en travaillant pour un photographe. Elle partage par ailleurs sa vie entre un homme marié et généreux et des week-ends chauds en boîte de nuit. Devant la télévision, Papicha, la mère, vacille entre peur et nostalgie d'un passé heureux de danseuse de cabaret.
Viva Laldjérie est construit autour de trois personnages féminins, qui sont le symbole de tout ce que les femmes endurent, de tous les obstacles qu'elles doivent franchir pour simplement exister, mais aussi de tout ce qu'elles apportent, de leur courage, de leur force de vie, de leur irréductible liberté.
Alger bouillonnante, contradictoire, déchirée, insaisissable. Une vision moderne, sans tabou et sans jugement, un regard d'aigle qui voit tout, le montrable comme le pas montrable, y compris le sexe (hétéro et homo).
- Cinéma Utopia

18h15 : Conférence/Débat 03
Les Identités à l'épreuve des couples, à l'occasion de la sortie du numéro spécial Couple-s de la revue le Passant Ordinaire en présence du psychanalyste et philosophe argentin Miguel Benasayag, de l'écrivaine italienne et journaliste Anna Maria Crispino (rédactrice en chef de la revue La Leggendaria), de la philosophe Sandra Laugier (professeure, Université d'Amiens), de la romancière anglaise Patricia Duncker (Université d'East Anglia) et de la psychanalyste Sabine Prokhoris.
- Chapiteau

20h30 : Soirée spéciale Cycle Chantal Akerman 02*
En présence de la réalisatrice, rencontre animée par l'écrivaine et critique cinématographique Paola Balzarro.

La captive de Chantal Akerman
Scénario de Chantal Akerman et Eric de Kuyper, inspiré de " La Prisonnière " dans A La Recherche du Temps perdu de Marcel Proust. Belgique, 2000, 1h48 - avec Stanislas Mehrar, Sylvie Testud, Olivia Bonamy, Liliane Rovere…
Ariane vit chez Simon dans un grand appartement parisien. Sous surveillance. Il veut tout savoir d'elle, la fait accompagner dans ses sorties, cherche à la surprendre et la soumet rituellement à un questionnement incessant. Le fait qu'il connaisse le goût d'Ariane pour les femmes, qu'il se doute qu'elle a une double vie ne fait qu'exacerber sa douleur, son impuissance et sans doute son désir d'elle. Ariane arrive à préserver au prix de mensonges incessants un espace de liberté tant mental que physique.
" Et Simon souffre et jouit et bien sûr il est conscient que, même dans les moments de rapprochement des corps qui pourtant le calment provisoirement, même dans les moments où il croit enfin posséder Ariane, et peut-être surtout dans ceux-là, elle lui échappe encore et toujours et plus que jamais. " (C. Akerman)
Akerman filme cette quête impossible de l'autre avec une retenue, une élégance, une précision qui touchent à l'épure, qui créent l'émotion par l'abstraction.
- Cinéma Utopia

21h45 : Une femme, deux hommes vus de Corée du Sud
La vierge mise à nu par ses prétendants (Oh ! Soo-jung) par Hong Sang-soo
Corée du Sud, 2000 (sortie en salles en 2003), 2h06, VOSTF - avec Lee Hun-joo, Jung Bo-suk, Sung-keun…
Soo-Jung, une jeune fille de 24 ans, écrit et travaille comme assistante vidéo pour Young-Soo, un cinéaste indépendant. Celui-ci, plus âgé qu'elle, retrouve Jae-Hoon, un ancien camarade de lycée qui s'est enrichi en tenant une galerie d'art. Ce dernier succombe aussitôt au charme de Soo-Jung, malgré le total effacement de celle-ci. Une liaison s'installe entre eux, mais la jeune femme, toujours vierge, refuse l'acte sexuel au grand désarroi de son soupirant. Young-Soo est également attiré par sa collaboratrice…
Histoire d'amour, histoire de désir, de pulsions sexuelles, exposée au fil de deux récits successifs reprenant les mêmes événements mais avec de subtils ajouts, variations et retranchements qui brouillent les pistes, modifient la perception de la réalité, et mettent le spectateur dans un état d'incertitude particulièrement excitant.
Le noir et blanc, magnifique, permet selon le réalisateur " de laisser au public la possibilité de se concentrer sur les personnages et de ressentir les changements émotionnels sans se laisser distraire par les objets périphériques et environnants. "
Hong Sang-soo a depuis réalisé Turning gate et La Femme est l'avenir de l'homme.
- Cinéma Utopia

Tous les films des Rio seront présentés par l'écrivaine italienne, journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International)

Dimanche 28 novembre

Retrouvez sous le chapiteau du festival - Place Camille Jullian - la librairie Mollat et l'ensemble des auteurs invités

10h30 : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

11h : Rencontre croisée 01
Le Prisonnier et la tortionnaire : images médiatiques et pornographie - avec l'écrivaine italienne et journaliste Anna Maria Crispino (rédactrice en chef de la revue La Leggendaria), et le sociologue Patrick Baudry (professeur et président du Passant Ordinaire, Université Bordeaux III) qui vient de publier Violences invisibles. Corps, monde urbain, singularité aux éditions du Passant.
- Chapiteau

11h30 : Rétrospective Rainer Werner Fassbinder 04*
Le Mariage de Maria Braun (Die Ehe der Maria Braun)
Scénario de Peter Märtesheimer et Pea Frölich, d'après une idée de Fassinder.
RFA, 1978, 2h, VOSTF - avec Hanna Schygulla, Klaus Löwitsch, Ivan Desny, Gottfried John, Gisela Uhlen…
De 1943 à 1954, les amours contrariées de Maria et Hermann Braun. Parti sur le front russe juste après son mariage, Hermann est porté disparu, tandis que Maria devient entraîneuse dans un bar pour G.I.'s. Elle y rencontre Bill, un soldat noir dont elle tombe enceinte. Hermann réapparaît et surprend Bill et Maria dans le même lit. Maria tue Bill, mais c'est Hermann qui se retrouve en prison pour dix ans. Maria va s'endurcir, s'enrichir, et préparer son futur avec Hermann. Son destin va se confondre avec celui de l'Allemagne de l'après-guerre et le mythe du " miracle économique ".
Maria Braun, à la fois inquiétante et humaine, traverse ces années dans l'absolu dévouement à son mari emprisonné, qu'elle n'a jamais cessé d'aimer. Impitoyable, voire sadique dans sa vie publique, elle fait montre d'un surprenant masochisme dans sa vie privée. Le film s'achève sur l'Allemagne, championne du monde de foot en 1954. Ça y est : la honte est effacée, les Allemands sont de nouveau vainqueurs. La domination masculine peut alors reprendre ses droits, remettant la femme à sa juste - autrement dit très injuste - place…
- Cinéma Utopia

* Entrée spéciale 3€.

14h : Rencontre croisée 02
Les Territoires de l'ordinaire - autour des œuvres littéraires des romanciers et philosophes Bruce Bégout (maître de conférences, Université d'Amiens) pour sa trilogie américaine et Guillaume le Blanc (maître de conférences, Université Bordeaux III et président de la Société de philosophie) pour son roman Sans domicile fixe qui vient de paraître aux éditions du Passant dans la nouvelle collection de littérature contemporaine Récifs. En présence des deux auteurs.
- Chapiteau

14h30 : Rétrospective Rainer Werner Fassbinder 05
Le secret de Veronika Voss (Die Sehnsucht der Veronika Voss)
Scénario de Peter Märtesheimer et Pea Frölich, d'après une idée de Fassbinder.
Ours d'or, Festival de Berlin 1982
RFA, 1981, 1h45, VOSTF - avec Rosel Zech, Hilmar Thate, Cornelia Froboess, Annemarie Düringer, Armin Mueller-Stahl…
Mû par un sentiment de compassion et l'intérêt professionnel, Robert Krohn, un journaliste sportif, tient absolument à revoir Veronika Voss, une célèbre actrice des années 40 aujourd'hui oubliée, qu'il a croisée un soir de pluie…
Il apprend bientôt que Veronika est sous l'emprise de la morphine et d'une femme, le docteur Katz. Celle-ci rend l'actrice et d'autres patients dépendants de la drogue, qu'elle leur procure ensuite en échange de dispositions testamentaires en sa faveur.
Pour Veronika Voss, ancienne star d'avant et pendant le nazisme, l'oubli est impossible, comme il l'est pour le vieux monsieur juif survivant de Treblinka qui partage avec elle les " soins " prodigués, dans sa clinique, par l'inquiétante Docteur Katz. Constat terrible : l'Allemagne nouvelle, celle de la reconstruction, semble hantée par des êtres plus morts que vifs, fantômes témoins d'un passé qu'elle aimerait occulter.
Le film est formellement magnifique, d'un noir et blanc somptueux, et d'une mélancolie déchirante (le " sehnsucht " du titre original allemand signifie " langueur, nostalgie ").
- Cinéma Utopia

15h : Rencontre 04
Au péril du récit et du territoire : un renouveau narratif - avec l'auteur et éditeur Hugues Jallon (La Découverte) qui vient publier La Base. Rapport d'enquête sur un point de déséquilibre majeur en Haute Mer [une histoire de l'après-guerre] aux éditions du Passant et Stéphanie Ravez (maître de conférences, Université Bordeaux III).
- Chapiteau

16h : Rencontre-retour 02
Le Désarrangement des sexes - avec la philosophe Fabienne Brugère (professeure, Université Bordeaux III) et la philosophe Sandra Laugier (professeure, Université d'Amiens)
- Chapiteau

16h45 : Cycle Chantal Akerman 03
Je, tu, il, elle de Chantal Akerman
Belgique, 1974, 1h30 - avec Chantal Akerman, Niels Arestrup, Claire Wauthion…
Premier long métrage de Chantal Akerman, Je, tu, il, elle a, comme Jeanne Dielman, marqué les esprits et bousculé le cinéma des années 70.
Akerman filme à la première personne. Elle est je, la jeune femme qui se raconte en voix-off et qu'on voit à l'écran, dans sa chambre qu'elle a vidée de presque tous ses meubles. Plusieurs jours durant, elle écrit une lettre, se couche sur un matelas, mange du sucre en poudre, se rhabille, marche, écrit, se relit et mange encore.
Plus tard, sur la route, un camionneur la prend en auto-stop et lui raconte sa vie. Elle l'écoute, et surtout l'observe, entre fascination et incompréhension.
Plus tard elle retrouve son amie. Elles mangent ensemble et font l'amour, plusieurs fois...
- Cinéma Utopia

17h : Rencontre 05
Pour une dynamique des sexes - avec la philosophe italienne Federica Giardini (Université Roma Tre) vice-présidente du Passant Ordinaire, animatrice des revues DWF (donnawomanfemme), Sofia, membre du groupe philosophique Diotima et initiatrice du réseau Matri_x, et Thomas Lacoste (éditeur, directeur et fondateur de la revue le Passant Ordinaire et du festival des Rio).
- Chapiteau

18h : Signatures sur le stand de la librairie Mollat
- Chapiteau

18h15 : Conférence/Débat de clôture 04
Cartographies contemporaines des féminismes à l'occasion de la sortie du numéro spécial Couple-s de la revue le Passant Ordinaire en présence du psychanalyste et philosophe argentin Miguel Benasayag des philosophes Fabienne Brugère (professeure, Université Bordeaux III), Federica Giardini (Université Roma Tre) et Sandra Laugier (professeure, Université d'Amiens), de l'écrivaine italienne et journaliste Anna Maria Crispino (rédactrice en chef de la revue La Leggendaria) et de la psychanalyste Sabine Prokhoris
- Chapiteau

18h45 : Avant-première 02
Les temps qui changent d'André Téchiné
Scénario d'André Téchiné, Laurent Guyot et Pascal Bonitzer.
France, 2004, 1h40 environ - avec Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Gilbert Melki, Lubna Azabal, Malik Zidi, Tanya Lopert…
Cécile vit à Tanger depuis une vingtaine d'années en compagnie de son mari marocain. Antoine, un ancien amour, de passage dans la ville, va tenter de la reconquérir…
C'est le nouveau film d'André Téchiné, qui sortira en salles le 15 décembre. À l'heure du bouclage de ce programme, on ne sait quasiment rien : personne n'a vu le film terminé. On peut dire en tout cas qu'il y a du beau monde au générique : Deneuve, Depardieu, Melki, Azabal (vue récemment chez Gatlif et dans Viva Laldjérie, voir ci-dessus). Et on sait aussi que l'histoire se déroule entre la France et l'Algérie, comme dans Loin, un des plus beaux films de Téchiné…
- Cinéma Utopia

21h : Avant-première 03
Tatouage (Irezumi) de Yasuzo Masumura
Scénario de Kaneto Shindô, d'après une nouvelle de Junichiro Tanizaki.
Japon, 1966, 1h26, VOSTF - avec Ayako Wakao, Akio Hasegawa, Gaku Yamamoto…
Après le magnifique La Femme de Seisaku, que vous avez pu découvrir en septembre au cinéma Utopia, voici en avant-première nationale (le film ne sortira que le 22 décembre) un autre film de ce génial inconnu qu'est Yasuzo Masumura, cinéaste ultra-célèbre au Japon dans les années 60 et qu'il nous aura fallu presque 40 ans pour découvrir en France.
En scope couleurs cette fois, avec une image et une lumière toujours aussi sidérantes, Masumura conte un destin de femme extraordinaire et subversif: l'histoire de Otsuya, malmenée par la société, bafouée par les hommes et qui assouvira une vengeance grandiose dès lors qu'un artiste tatoueur lui dessinera sur le dos une immense araignée…
Une fable fascinante et angoissante, un chef d'œuvre de l'étrange, avec l'incroyable Ayako Wakao, déjà renversante dans La Femme de Seisaku.
- Cinéma Utopia

Egalement à l'affiche au cinéma Utopia de Tropical Malady (2004) de Apichtapong Weerasethakul à partir du 24 novembre.

Tous les films des Rio seront présentés par l'écrivaine italienne, journaliste spécialisée dans le cinéma Paola Balzarro (Rai-International)


© 2000-2018 - Tous droits réservés
le Passant Ordinaire